Peut-être certains d'entre vous ont-ils lu mon article sur Berlingot de Patricia Petibon et à cette occasion mes regrets par rapport à l'émission de Jean-François Zygel... Eh bien j'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai été exaucée :D

C'est en regardant, comme tous les soirs, les programmes télé de la soirée, que j'ai appris le retour de cette émission de vulgarisation musicale qui entame aujourd'hui sa 7ème saison... Rien que ça !

40610039

 

La boîte à musique, c'est un studio de télévision aux couleurs changeantes selon les morceaux et les humeurs, mais globalement toujours assez douces - pour ceux qui, comme moi, auraient regardé Berlingot, ça change ! Au milieu, un grand piano sur lequel s'appuient les invités (trois, cette fois-ci) "comme à un bar", comme l'a si bien dit le pianiste invité ce soir, de l'émission. D'un côté, le public ; de l'autre, les différents ensembles et formations invités

Un générique toujours aussi chatôyant et joyeux qui revisite avec humour les grands airs de la musique classique sur des images 100% musicales - un des seuls génériques que j'ai plaisir à voir - et ça y est, l'émission commence !

 

Beethoven

 

Compositeur à l'honneur aujourd'hui, Ludwig Van Beethoven (1770-1827), compositeur allemand, à mi-chemin entre le classicisme et le romantisme, dont les nombreux thèmes restent encore des plus connus de nos jours.

En ouverture, un petit ensemble orchestral (cordes + quelques vents) nous offre une entrée dans le monde de Beethoven avec la marche turque des ruines d'Athènes, œuvre somme toute assez joyeuse, qui permet au passage au présentateur de nous expliquer le rythme typique de la Marche turque, déjà exploité par la célèbre Marche Turque de Mozart

Après quoi intervient le pianiste François-Frédéric Guy qui, à l'aide de sa tablette numérique à partitions, nous fait voyager à travers les 32 sonates pour piano de ce cher Beethoven. Des extraits expliqués et commentés des sonates appasionata, pathétique, Hammerklavier... Et également un mouvement joué intrégalement, le dernier mouvement de la Sonate au clair de lune



La rubrique de l'instrument rare

C'est l'ensemble Pan à Paname qui est venu ce soir nous présenter ses instruments pour le moins atypiques... Il s'agit de percussions écologiques, puisque ce sont des bidons recyclés ! Quelque chose de vraiment très intéressant, à découvrir. En introduction à ces instruments si particuliers, un Calypso de Trinidad (apparemment, c'est là d'où ils viennent). Le rapport avec Beethoven ? Celui-ci aurait lui-même déclaré - plaisanterie ? peut-être - à la fin de sa vie que les percussions étaient ses instruments préférés. Pourquoi ? Eh bien, vous ne l'ignorez pas, à la fin de sa vie, le compositeur était devenu sourd. Pour contrer cet handicap, le compositeur aurait eu recours à un système ingénieux, utilisant une baguette de bois qu'il mordait, pour ressentir les vibrations... Toute une histoire !

Natasha Saint-Pier, chanteuse de variété moderne, une des invités de l'émission, a eu la chance de pouvoir s'initier à ces instruments assez étranges, et a même appris à nous jouer les premières notes de la 5ème symphonie. Pour finir en beauté, les musiciens nous ont prouvé qu'ils pouvaient interpréter à peu près n'importe quelle musique en nous jouant un extrait du 13ème Quatuor, toujours du même compositeur.

 

Nous avons ensuite entendu un peu de musique de danse, avec la 3ème contredanse, par le quatuor Girard.

 

Le Quizz

Les extraits à reconnaître venaient des symphonies suivantes :

  1. La Pastorale n°6 (1er mvt)
  2. 5ème
  3. 7ème (2ème mvt)
  4. 3ème (final)
  5. 9ème (hymne à la joie)
  6. 5ème

Le quizz a sans conteste été remporté par Luc Ferry, écrivain, philosophe et ancien ministre de l'Education nationale, qui a donné absolument toutes les réponses, avec une rapidité étonnante.

 

Mécanique d'un tube

Le "tube" en question était le thème de début du 1er mvt de la 5ème symphonie, archi-connu... Alors, M. Zygel, comment ce thème pourtant si simple est-il devenu un tube ?

En version abrégée, c'est le mouvement dans son intégralité qui a contribué à faire de ce thème musical un des plus connus jusqu'à notre époque. En effet, ce n'est pas seulement un thème comme on en voyait auparavant, mais un véritable motif, qui revient tout au long du mouvement ; dans le grave, dans l'aigu, aux vents, aux cordes... Toute une invention !

 

Mais place à la voix, un peu, grâce au très bon baryton-baasse Edwin Crossley-Mercer. Au programme, une pièce qui peut, ou pas, être prise au second degré, mais qui est en tout cas très belle : l'Elégie sur la mort d'un caniche. On enchaîne ensuite avec de sympathiques Chansons irlandaises (la nationalité du chanteur oblige) : Since greybeards dont le thème a inspiré la chanson Sur le port d'Amsterdam de Brel (comme quoi, il a rien inventé !), ainsi que The pulse of an Irishman parce que c'est bien connu, ce courage des Irlandais...

 

Revenons à de l'instrumental, maintenant, avec le Final du 15ème Quatuor, qui nous montre bien qu'à la fin de sa vie, Beethoven avait tout du compositeur romantique par excellence !

 

Kit Beethoven

Jean-François Zygel nous propose son kit pour composer "Beethoven"... Alors, chers lecteurs, tentés de composer dans le style de Beethoven ? Vous aurez besoin de...

  • Accents et contre-accents
  • Silences, interruptions, respirations...
  • Accords puissants
  • Rythme obsessionels et réccurents
  • Utilisation de tout le clavier, pour le piano
  • De forts contrastes dans les nuances
  • Du suspens
  • De l'héroïsme
  • Et bien sûr, pour courroner le tout, une grande, majestueuse cadence finale

 

Un peu de violon, ensuite (quand même !) avec le final de la la célèbre Sonate à Kreutzer pour violon et piano, interprétée par Fançois-Frédéric Guy, que nous avons déjà eu l'occasion de voir au début de l'émission, et Tedi Papavrami, violoniste virtuose... Ce qui tombe bien, d'ailleurs, car la virtuosité est à l'honneur dans cette sonate. Ce mouvement est comme une sorte de course, qui finit, comme souvent chez Beethoven, en une grande apothéose.

L'émission s'est finie sur une belle, bien que peu connue Marche à 4 mains interprétée par Jean-François Zygel et François-Frédéric Guy.

 

Mon avis sur l'émission ? Comme dans mes souvenirs, bien sympathique ! Des artistes de qualité, un animateur toujours aussi enthousiaste... De la bonne, très bonne vulgarisation musicale ! Rendez-vous vendredi prochain pour une nouvelle émission, dédiée je crois à Schubert.

 

Plus de liens :